fbpx

Alors que la plupart des métiers d’aujourd’hui disparaîtront demain, les jeunes doivent anticiper leurs futures carrières professionnelles. On les presse encore et toujours à choisir un métier, une formation qui les définira pour l’ensemble de leur vie professionnelle. Pourtant, le monde du travail évolue et les carrières ne sont plus linéaires. Les formations professionnelles pour adultes se développent et sont même encouragées par les comptes de formation des salariés. 

Pourquoi un.e jeune adulte doit-il encore “trouver sa voie” ? A peine sorti.e.s  de l’adolescence, on leur demande de déterminer qui ils sont et qui ils seront comme adulte. Pourtant, les jeunes peuvent rêver de plusieurs choses à la fois. Pourquoi se contenter d’une seule voie professionnelle, pour le restant de leurs jours (de travailleur.se.s) ?

Aujourd’hui, il est sans doute plus pertinent de déterminer son premier/prochain projet professionnel. Il faut commencer par définir en quoi chacun.e est compétent.e, talentueux.se, créatif.ve… Le système scolaire traditionnel est basé sur un système de notes pour l’évaluation des acquis. Cela laisse peu de place à l’expression des envies, des besoins, des compétences autres. L’essentiel est donc avant tout de (re)trouver sa voix, celle qui permet d’exprimer ce que l’on veut vraiment. 

Il faut en finir avec l’autocensure : “je ne pense pas en être capable”, “non ce n’est pas pour moi”. La définition d’un projet professionnel doit être le lieu de tous les possibles. L’important est de trouver un équilibre entre les compétences, les envies et la réussite. 

C’est ce que Laurence Akossi, directrice de l’école Hedeci promouvoit tous les jours.

Son objectif : permettre aux jeunes de ne pas juste trouver leurs voies, mais d’expérimenter les métiers qui leurs plaisent et n’ayez pas peur d’être polyvalent et multi casquettes dans leurs futurs emplois.